Bateaux pirates célèbres

Si des pirates sont effectivement entrés dans la légende, des bateaux pirates célèbres l’ont été également. Rapide et léger, bardé de canons, à 3 ou à 4 mats, chaque pirate avait ses préférences pour son bateau en termes de mobilité, de robustesse et de puissance de feu.

Il faut aussi savoir que les pirates construisaient leur renommée avec leur bateau : c’était une façon pour eux d’entrer plus facilement dans la légende. Les plus célèbres d’entre eux avaient l’habitude de personnaliser leur navire de sorte qu’ils soient rapidement identifiables. C’était également un symbole d’autorité et de puissance. En les aménageant ainsi de façon spectaculaire, ils construisaient leur réputation pour intimider l’ennemi et l’amener à se rendre dès leur apparition. C’était un moyen habile de s’emparer des navires ennemis sans combattre. Les plus célèbres pirates n’avaient même pas besoin de se battre pour s’emparer du butin. Construire une terrible réputation suffisait à terrifier l’ennemi pour que celui-ci se rende sans combat ! En somme, un pirate construisait sa légende autour de sa personne, mais aussi de son navire. L’un n’allait pas sans l’autre. Retour donc sur les bateaux pirates célèbres qui ont marqué les époques.

Noms des bateaux pirates célèbres

Quels sont les bateaux pirates les plus célèbres ?

Plusieurs bateaux pirates célèbres ont traversé les âges et sont entrés dans l’histoire. Voici la liste des plus célèbres bateaux pirates, qu’ils soient historiques ou de fiction.

Liste de bateaux pirates célèbres, historiques et réels

Queen Anne’s Revenge

Tout le monde connait le pirate Barbe Noire, mais peu connaissent son navire. C’est à bord du Queen Anne’s Revenge que le flibustier le plus célèbre du 18ème siècle fonda sa réputation. Au début de son siècle, en 1717, Barbe Noire, de son vrai nom Edward Teach, capture dans les caraïbes le navire négrier Français « La Concorde ». Construit peu de temps auparavant à Nantes, premier port négrier français de l’époque, il appartenait à l’armateur René Montaudouin. Barbe Noire renomme le bâtiment le Queen Anne’s revenge en référence à la Reine Anne de Grande-Bretagne, morte 3 ans plus tôt. En sept mois seulement, grâce à ce bâtiment d’une longueur de 110 pieds, de 40 canons et de 350 hommes d’équipage, il s’empare de 18 navires.

En 1718, son navire coula sur un banc de sable près de la baie de Beaufort en Caroline du nord. Le naufrage a probablement eu lieu après un accrochage avec un navire ennemi. Le 4 septembre 2011, une équipe de chasseur de trésor indique avoir retrouvé le navire à l’endroit exact de son naufrage, et l’ancre du bateau est remontée à la surface.

Le Royal Fortune

Bartholomew Roberts fut un des plus célèbre pirate anglais de la première moitié du 18ème siècle, connu aussi sous le surnom de Black Bart. Il fut célèbre pour avoir capturé un nombre impressionnant de navires. Au moins plusieurs centaines, dont 22 navires en une seule prise, et le tout en seulement 2 ans ! C’est un des rares pirates dans l’histoire à avoir écumé les mers à la tête d’une véritable petite flottille. Elle était composée de plusieurs bateaux, dont le vaisseau amiral qu’il commandait personnellement et qu’il renomma « Le Royal Fortune », aux côtés du « Fortune » et du « Good Fortune ».

Le Royal Fortune ne fut en réalité pas un, mais deux navires. Le premier était un navire français de 28 canons, échangé contre une galère de 18 canons précédemment capturée au mois de juin 1720 dans les Caraïbes. Cet été-là, ses prises furent impressionnantes : 26 sloops capturés, ainsi que 150 bateaux de pêche !

Mais 28 canons ne suffisaient pas à un pirate aussi ambitieux que Bartholomew Roberts. Se comportant comme le commandant d’une véritable armada, son vaisseau amiral devait être plus imposant et bien mieux armé. C’est ainsi qu’en janvier 1721, il capture un bâtiment de guerre français de 58 canons, qu’il baptisera à nouveau Le Royal Fortune. Dans le bateau se trouvait alors le gouverneur de la Martinique : Roberts, réputé pour sa cruauté, le pend sur le champ.

Et c’est à bord de son navire amiral que Black Bart finit sa carrière de pirate : le 5 février 1722, il livre sa dernière bataille. Un bâtiment de guerre britannique, l’Hirondelle, se met à portée de tir du Royal Fortune. En une salve, le bateau est pulvérisé : Bartholomew Roberts est tué net, une volée de chaines d’un boulet lui brise le cou. Les mâts et les voiles sont trop endommagés pour que le navire puisse naviguer. L’équipage est capturé, et les représailles sont terribles : 70 pirates noirs retournent à l’esclavage, 54 pirates sont pendus, et 37 sont condamnés à de la prison.

Adventure Galley

Dans l’âge d’or de la piraterie à la fin du 17ème siècle et au début du 18ème siècle se trouve les légendes les plus tenaces au sujet des pirates. William Kidd, aussi appelé Captain Kidd, en faisait également partie. Ce pirate écossais n’est pas connu pour ses nombreuses victoires mais pour ses relations particulières avec la couronne anglaise. Il commence sa carrière comme un marchand respectable, puis devient corsaire au service de la couronne anglaise. Mais c’est dans l’illégalité qu’il finira sa vie, et embrasse la carrière de pirate après avoir rompu avec la couronne.

Ce sont d’ailleurs les hommes les plus puissants de l’Angleterre qui lui fournissent en 1698 le bateau qui le rendra célèbre, à l’époque où il servait comme corsaire. Ce bâtiment, ce sera l’Adventure Galley, un navire de 40 canons et de 70 hommes d’équipage. Il fait quelques prises avec son navire avant de subir un échec cuisant qui le forcera à le bruler pour naviguer sur un bâtiment de taille plus modeste, le Quedah Merchant, capturé quelques années auparavant. Exilé à New York, il est capturé, puis est finalement pendu haut et court à Londres, son corps ensuite attaché à un gibet sur la rive de la Tamise et encerclé d’anneaux de fer. Cela devait servir d’avertissement aux autres pirates !

Oxford

L’Oxford était le navire amiral du flibustier anglais Henry Morgan ayant principalement sévi dans les Caraïbes dans la deuxième moitié du 17ème siècle, et particulièrement en Panama et à la Jamaïque. En réalité, Henry Morgan était davantage corsaire que pirate. Son histoire est très singulière car il s’agit d’un des rares pirates à être mort de vieillesse et, qui plus est, comme gouverneur de la Jamaïque !

Il n’était pas réputé pour être un bon navigateur, plutôt un combattant redoutable. A bord de son navire amiral l’Oxford, il réalisa plusieurs fait d’armes qui l’amenèrent à la postérité. Le sac de Panama sera le plus célèbre, bien que celui soit principalement un raid terrestre. Son bateau l’Oxford sera détruit en janvier 1669 dans une explosion accidentelle, qui failli lui couter la vie, ainsi que celle de ses officiers.

Ce navire est devenu célèbre surtout par la découverte de son épave en 1980 par Erick Surcouf, le descendant du célèbre corsaire français Robert Surcouf, au service de Napoléon Bonaparte. L’histoire est parfois ironique : c’est le descendant d’un des plus célèbre corsaire qui découvre l’épave d’un autre corsaire tout aussi célèbre !

Quelques autres noms de bateaux pirates moins connus :

Liste des bateaux pirates célèbres imaginaires ou de fiction

Les bateaux pirates les plus célèbres sont pour la plupart issus de la fiction et du cinéma. Mais vous allez voir que derrière la fiction, se cache toujours une part de vérité. Beaucoup de bateaux pirate fictifs sont inspirés de vrais navires pirates ou de faits réels.

Black Pearl

Le plus célèbre de tous les bateaux pirate n’est autre que le Black Pearl, navire fictif des films Pirates des Caraïbes. C’est un magnifique navire, rapide est maniable, reconnaissable à ses grandes voiles noires. Le Capitaine n’est autre que le très célèbre Jack Sparrow, incarné par Johnny Deep. On dit que c’est le navire le plus rapide au monde. Rien que ça ! Ce navire, très populaire, se retrouve dans la culture populaire dans de nombreux objets dérivés : maquette, jouets, tableaux…

Hollandais Volant

Le Hollandais Volant est probablement le bateau pirate de fiction le plus célèbre. Cela vous fait penser à la franchise pirates des caraïbes de Disney ? Sachez que la légende autour de ce bateau fantôme est bien plus ancienne. On ne sait pas précisément à partir de quelle époque cette légende est née, mais elle prend un véritable essor au 18ème siècle auprès des navigateurs hollandais.

La légende veut qu’il s’agît d’un grand bateau, probablement d’un brick aux voiles rouges. On dit qu’il est piloté par le diable en personne et conduit par un équipage de fantômes. Il apparait soudainement de nulle part aux marins, par temps calme, les voiles toujours gonflées même sans la moindre brise… Cette légende fit partie des nombreuses superstitions qui persistèrent jusqu’au 20ème siècle chez les marins. Il n’existe toutefois aucun fait scientifique ou factuel qui expliquerait aujourd’hui une telle apparition.

La légende du Hollandais volant a inspiré la franchise pirate des caraïbes. On retrouve dans les films un terrible navire, le Hollandais Volant. Et devinez quoi ? C’est un bateau, lui aussi fantôme et maudit. Mais contrairement à la légende, ce bateau est piloté par un équipage se transformant peu à peu en créatures marines. Son capitaine, Davy Jones, est devenu un homme-poulpe, célèbre pour sa barbe en tentacules. Particularité de ce bateau : c’est un bateau sous-marin, qui ne fait surface que pour aborder les navires ennemis !

Jolly Roger

Dans l’histoire de la piraterie, le Jolly Roger est le nom donné aux pavillons pirates et corsaires. C’est le fameux drapeau de pirate avec un crane blanc sur fond noir. Mais dans le monde de Disney, et plus précisément dans le dessin animé Peter Pan, le Jolly Roger est le nom du bateau pirate du célèbre Capitaine Crochet. Et le navire du capitaine a une particularité : grâce à la poudre de la Fée Clochette, il peut s’envoler ! Pratique pour un bateau pirate !

Quee Anne’s Revenge

Le Quee Anne’s Revenge, bien qu’il ait véritablement existé, est également présent dans la licence « Pirate des Caraïbes ». Et son capitaine n’est autre que Barbe Noire, comme dans la réalité. Ce navire à la sinistre réputation est reconnaissable à ses voiles rouges en bien mauvais état. Cela constrate d’ailleurs d’autant plus aux magnifiques dorures de la coque extérieure de la cabine du capitaine.

Une particularité : ce terrible navire peut naviguer sans vent, grâce au sabre de son capitaine, et l’équipage est composé de zombies. Ce bateau pirate est donc doublement célèbre : dans l’histoire de la piraterie, mais également à travers le cinéma !

Silent Mary

Encore un bateau issus des films Pirates des Caraïbes : ce bateau, lui aussi maudit, est une épave qui flotte. Car celui-ci fut détruit, puis est renait par une malédiction. Sans aucune voile et dans un état complétement délabré, on ne peut pas dire cette fois-ci qu’il s’agit d’un magnifique navire, mais il n’en demeure pas moins redoutable. Il est en effet capable de se tordre et de s’ouvrir en deux pour broyer le bateau ennemi !

Ceci pourrait aussi vous intéresser :